Cycliste sur mont avec vélo jante carbone

Quel est le meilleur choix : pneu ou boyau pour le vélo ?

Pneu ou boyau ? C’est la grande interrogation de beaucoup de cyclistes se pose avant l’achat de nouvelles roues en carbone. On dit souvent que les boyaux sont plus performants que les pneus. Néanmoins, pour beaucoup, les pneus sont plus économiques. Cet article a pour but de vous donner le plus d’informations concernant ces deux pneumatiques.

Un débat (pneu ou boyau) qui est toujours d’actualité sur la plupart des forums de cyclisme et de triathlon.

Depuis de nombreuses années, le pneu fait de plus en plus d’ombre au boyau. Le rendement du pneu devient meilleur grâce aux avancées techniques des plus grands constructeurs. Les jantes en carbone ont permis de faire revenir le boyau sur le devant de la scène. Le choix des roues dicte en partie le pneumatique qui sera utilisé.

Les constructeurs se sont penchés sur des modèles de roue + pneu et plus simplement sur la jante. Désormais, ils conçoivent des roues tout en pensant aux pneumatiques montés sur ces dernières. De cette façon, de grandes marques comme Mavic proposent des roues complètes avec des technologies de pneu en adéquation avec les jantes.

Pour faire un choix, il faut avant tout connaître les avantages ainsi que les inconvénients du pneu ou boyau. Ils ont pourtant la même fonction, mais sont de conception totalement différente.

Les caractéristiques du pneu de vélo

Roue de vélo avec pneu Grand prix

Une bande de roulement renforcée fait partie de la composition du pneu (c’est la partie qui est en contact avec la route). Plusieurs fils tressés en nylon constituent cette dernière. Ils sont généralement en nylon, mais peuvent être également en soie pour les pneus haut de gamme. Ils renforcent l’ensemble et sont tissés entre eux pour éviter les crevaisons.

Bien entendu, la qualité de roulage dépend principalement du nombre de fils présents dans le pneu. Si le nombre de fils est important, il donnera un pneu plus rigide. Un pneu avec moins de fils aura de meilleures performances en termes de roulage. Par contre, il sera beaucoup plus fragile notamment au niveau des crevaisons.

La forme et le profil

Pour la forme, le pneu est un tube ouvert qui épouse les bords de la jante. Cette dernière possède des gorges appeler aussi crochets qui permettent de maintenir le pneu en place. Le pneu est muni de deux cerclages (ou tringles) qui se positionnent directement dans ces gorges (crochets). La pression exercée dans le pneu « comprime » les tringles sur la jante.

Le profil du pneu ainsi que la gomme répondent aux caractéristiques de la route (sèche, humide, accidentée) ainsi qu’aux conditions météorologiques (froid, chaud). Certaines marques proposent des modèles pour chaque saison. D’autres ont mis sur le marché des pneus utilisables par tous les temps.

On utilise généralement une chambre à air pour maintenir la pression dans un pneu. En caoutchouc pour la plupart des modèles actuels, il existe également des chambres à air en latex. Ces dernières sont beaucoup plus légères que les modèles en caoutchouc, mais moins résistantes à la crevaison.

Également, on voit de plus en plus de jantes compatibles avec des pneus sans chambre à air appelés tubeless. Ces pneus sont devenus très populaires notamment pour leur résistance à la crevaison ainsi que leur confort, car la pression ne doit pas être aussi élevée qu’avec un modèle chambre à air ou un boyau.
Les tringles sont extrêmement bien ajustées et un gel est injecté pour assurer l’étanchéité entre la jante et le pneu. Bien entendu, les jantes doivent être conçues pour être utilisées avec des pneus tubeless.

Les caractéristiques du boyau de vélo

Roue de vélo carbone avec boyau

Le boyau est un tube fermé. Il reprend la plupart des caractéristiques du pneu. Le pneumatique possède une bande de roulement constituée d’un tressage en nylon ou en soin. On ferme le boyau à l’aide d’une couture faite à la main ou d’une vulcanisation (soudure à froid).

Pour le montage, il est collé sur la jante qui doit être prévue pour les boyaux. Le profil de cette dernière est bien différent d’une jante pour pneu. Elle ne possède pas de gorges et le fond de jante fait office de support pour l’encollage du boyau. De ce fait, il n’y a pas de tringles en acier dans le boyau. La forme de la jante et la conception du boyau maintiennent l’ensemble parfaitement centré.

En revanche, le montage est  un peu plus délicat par rapport à un pneu. Le collage doit être bien effectué pour éviter d’avoir une roue excentrée.

Le boyau est aussi muni d’une chambre à air qui est la plupart du temps en latex. On utilise une colle à froid pour coller le boyau.

L’entretien du boyau est important. On change la colle une fois par an, car cette dernière s’assèche au cours des saisons. Enfin, le stockage du boyau se fait normalement sur une vieille jante. On ne recommande pas de garder trop longtemps un boyau plié sur lui-même

L’aspect performance du pneu vs. boyau

Les deux pneumatiques se rejoignent sur de nombreux points. Leur conception est pratiquement identique. La bande de roulement se compose d’une tresse et l’adhérence dépend de la gomme et de la qualité du pneumatique.

Également, le gonflage joue un rôle très important. Un pneumatique (que ce soit pneu ou boyau) sous-gonflé aura une meilleure adhérence. Mais il sera plus sensible aux crevaisons et aura de moins bonnes relances qui seront un peu plus molles.

Pour faire simple, une meilleure adhérence avec un plus grand confort, mais une réduction des performances.

À l’inverse, un pneumatique trop gonflé sera indéniablement une source de perte d’adhérence pour le cycliste. Il sera beaucoup moins confortable au niveau de l’absorption des imperfections de la route.

On se doit de trouver le juste milieu pour chaque sortie, le gonflage s’effectue principalement en fonction du poids du cycliste. Il suffit de regarder le nombre de bars conseillés par le constructeur. Généralement, cette indication figure sur le flanc du pneumatique.

Roue de vélo avec pneu

La différence majeure en termes de performance réside surtout sur la déformation du pneumatique.

Par conception, le pneu est beaucoup plus rigide qu’un boyau. Pour cette raison, il sera moins confortable à pression égale.

Le boyau aura une meilleure déformation et absorbera beaucoup mieux les imperfections de la route.

En termes de trajectoire, le boyau permet un angle d’attaque plus important sans pour autant avoir de l’incidence sur le confort.

Par mauvais temps, la gomme du pneu est plus adaptée au froid ou aux conditions humides. Le boyau devra être un peu sous-gonflé pour palier à ce manque.

Enfin, vous pouvez rouler de manière prolongée avec un boyau sous-gonflé (voir après une crevaison). Si vous n’êtes pas loin de chez vous et que vous avez crevé. Vous pourrez « rentrer » sans effectuer de réparations au bord de la route. (Bien entendu, tout dépend de la taille de la crevaison).

Le côté pratique et le coût (pneu ou boyau)

Le pneu est avant tout le plus pratique. Le montage et les réparations s’effectuent assez rapidement. Il suffit lors d’une crevaison de changer simplement la chambre à air et de remonter le tout. On peut réparer cette dernière en une dizaine de minutes. Le changement de pneu est également très simple.

Pour le boyau, les réparations sont plus délicates. Une fois le boyau crevé, vous devez avoir un boyau de rechange que vous transportez lors de vos sorties.

Cependant, la bombe de réparation est une très bonne solution alternative. Néanmoins, si vous injecter de la mousse à l’aide de cette dernière, la réparation du boyau sera ensuite beaucoup plus compliquée.

Pour le changement de boyau, vous devez le décoller et coller celui de rechange. Vous pouvez ensuite le regonfler grâce à une cartouche de CO2.

Le nouveau boyau utilisé doit avoir déjà servi ou au minimum avoir été monté sur une jante. C’est un pneumatique que l’on a volontairement détendu et encollé sur une jante au préalable.

Monter un boyau neuf sur une jante au bord de la route est très compliqué, voire parfois impossible.

La colle doit sécher 24 h et vous devrez parfaitement centrer le boyau.

C’est la raison pour laquelle, le boyau est souvent boudé des sportifs amateurs ou des équipes de professionnels à l’entraînement.

Cyclistes amateurs sortie vélo

Pour ce qui est du prix, le boyau varie entre 40 € et parfois plus de 160 € l’unité. Principalement par sa conception artisanale (Les coutures sont faites à la main).

De son côté, le pneu seul peu varier de 10 € à 60 €.  Avec un fond de jante et une chambre à air de bonne qualité, il faut compter 75 €.

La différence de prix pour les deux modèles n’est pas très importante. D’autres critères doivent être pris en compte pour faire votre choix final.

Tableau de comparaison du boyau vs. pneu

Pour avoir un aperçu concret des avantages et des inconvénients de ces deux pneumatiques, voici un tableau récapitulatif des différents éléments cités dans cet article :

BoyauPneu
Confortx 
Performancexx
Résistancexx
Poidsx 
Qualité de freinage x
Réparation x
Aspect économique x

Notre sélection de boyaux

ÉCONOMIQUE

Boyau  CONTINENTAL boyau SPRINTER

CONTINENTAL
SPRINTER
275 g

Le boyau Continental sprinter est muni d’un renfort en nylon et du nouveau mélange de gomme black Chili. Ce mélange spécifique procure désormais une meilleure adhérence (+30 %) et réduit la résistance (-26 %). C’est un choix judicieux pour vous accompagner lors de compétitions ou de criteriums.

COUP DE CŒUR

Boyau CONTINENTAL boyau SPRINTER RENFORCÉ "Gatorskin"

CONTINENTAL
SPRINTER RENFORCÉ « Gatorskin »
290 g

La version renforcée du Sprinter qui à un rapport qualité/rendement excellent. Le modèle Gatorskin est constitué d’un mélange de carbone noir longue durée. Il est également conçu à laide trois couches et protection SafetySystem (Kevlar-nylon) pour une meilleure résistance à la crevaison.

PREMIUM

Boyau VITTORIA corsa graphene G2.0

VITTORIA
Corsa Graphene G2.0
290 gr

Le choix de la plupart des cyclistes professionnels équipés avec des jantes carbone à boyau. Avec une chambre interne en latex, le Corsa Graphene se veut un boyau ultra-performant sur tous les points. Vittoria utilise des proportions plus importantes de graphène dans cette nouvelle version.

Notre sélection de Pneus

ÉCONOMIQUE

Pneu CONTINENTAL GP 4 Saisons

CONTINENTAL
GP 4 Saisons
240 g (25 mm)

Grâce à son tissu DuraSkin® le pneu Continental GP 4 Saisons résiste aux conditions extrêmes. Il est notamment utilisé par les coureurs lors du mythique Paris-Roubaix. On observe bien moins de crevaisons avec ce modèle de pneu sur ce type de route humides et accidenté.

COUP DE CŒUR

Pneu VITTORIA Corsa Graphene G2.0

VITTORIA
Corsa Graphene G2.0
255 g (25 mm)

Comme la version boyau, le pneu Vittoria Corsa graphène connait une très forte popularité au sein des pelotons. Ultra-performant grâce au graphene, chaque partie du pneu peut ainsi être optimisée pour sa fonction propre (Roulement, adhérence, résistance aux coupures).

PREMIUM

Pneu CONTINENTAL GP 5000

CONTINENTAL
GP 5000
215 g (25 mm)

Un des meilleurs pneus dans la catégorie « polyvalent », le GP 5000 de chez Continental est une valeur sûre. Ce dernier est également conçu à l’aide du mélange de gomme black Chilli et voit ainsi ces performances améliorées (très bonne adhérence et une réduction de la résistance aux roulements).

Conclusion

Pour résumer, le choix le plus approprié en termes de performance reste certainement encore aujourd’hui le boyau.

De nombreuses équipes professionnelles continuent d’équiper l’ensemble de leurs coureurs avec des boyaux sur les grands tours. Néanmoins, avec la démocratisation du Tubeless, le boyau va indéniablement perdre sa place de leader dans les saisons à venir.

Pour l’aspect pratique, le pneu est la solution à choisir. Les réparations pendant les sorties longues et les entrainements seront beaucoup plus simples avec un pneu. De plus, ils peuvent être utilisés en tout temps.

Il suffit d’avoir deux paires de jantes. Une paire de jantes pour l’entraînement équipée de pneus et une paire de jantes en carbone pour la compétition équipée de boyaux. Le meilleur compromis pour allier performance et pratique à l’entraînement comme en compétition.

Sur le même sujet :